Villard de Lans – les Cochettes

Villard les Cochettes.jpg

Le secteur des Cochettes, séparé du reste du domaine skiable de Villard de Lans, a été équipé d’une remontée mécanique dès 1936. L’appareil en question était un grand téléski à enroulement qui disposait de pylônes en bois. Un petit tremplin sommaire en bois permettait d’organiser les compétitions de saut sur ce secteur. En 1965, un téléski débrayable de manufacture « Cables et Monorails Ets Mancini » vient remplacer l’appareil historique et un téléski fixe débutant (La Combe) est installé prés du parking. Par manque de neige, ce secteur est abandonné à la fin des années 90. Le grand téléski des Cochettes fut démonté en 2011.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

plan cochettes copie.jpg

.

sources2

http://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=15076

Saint Nizier du Moucherotte

saint-nizier-du-moucherotte

– – – – – Abandon partiel – – – – – 

Aujourd’hui il ne reste sur cette commune que 2 courts téléskis parallèle au centre du village, sans grand intérêt. Mais il ne faut pas oublier que dès les années 50 le village de Saint Nicolas était une destination touristique privilégiée, lieu de rendez-vous de la Jet Set. Les grenoblois viennent y trouver le grand air.

52 copie.jpg

De 1920 à la fin des années 40, un tramway : le GVL (Grenoble – Villard de Lans) permettait un accès direct à ce site d’altitude. Le randonneur poursuivaient jusqu’au sommet du Moucherotte (1901m d’altitude), magnifique promontoire qui domine la capitale des Alpes. A la fin des années 50, M. ZUCHETTA décide de réaliser son rêve en construisant au sommet de la montagne un hôtel de luxe relié au village par un « téléférique ». Une télécabine POMA de première génération sera inaugurée en 1956 et mis officiellement en service trois ans plus tard, lorsque l’hôtel de l’Ermitage ouvre ses portes (25 chambres, dont 2 suites).

Dalida, Luis Mariano, Brigitte Bardot ou encore Charles Aznavour s’y retrouvent. Le film « La Bride sur le cou », dans lequel joue Brigitte Bardot sera tourné en 1961 à l’Hôtel de l’Ermitage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une longue piste assez technique est desservie par le téléférique, accessible seulement aux skieurs confirmés. De plus, le fonctionnement de l’unique appareil est soumis aux conditions météorologiques : l’accès à la Moucherotte est impossible lorsque le vent souffle à plus de 60 km/h. Le domaine skiable se développe alors dans les années 60 avec l’installation de 2 téléskis au pied du téléférique permettant de desservir 4 pistes de ski et 1 piste de luge d’été. Un tremplin de 90 mètres est également construit en 1968 pour les Jeux Olympiques de Grenoble : l’un des plus beaux du monde.

Pour plusieurs raisons, l’hôtel de l’Ermitage fermera ses portes en 1974 : difficultés d’accès, des habitués se sentent invités et oublient de payer … Le téléférique fermera lui aussi ses portes quelques années plus tard, en 1977. A noter au passage qu’un accident sans gravité avait eu lieu sur cet appareil, en 1972, occasionné par un défaut de fixation d’une cabine en gare amont). A la fin des années 80, le site perd peu à peu sa réputation, la mise aux normes des installations est couteuse et la neige fait de plus en plus défaut. Les 2 téléskis situés au pied de l’ancien téléférique ne sont plus exploités et le tremplin connaitre sa dernière compétition en 1990. La piste de luge d’été, elle, aura un sursis jusqu’au début des années 90.

Arrive alors la période du « grand nettoyage »: les restes de la télécabine sont rasés en 2000. L’hôtel du Moucherotte, abandonné pendant prés de 30 ans sera détruit en 2001. Une silhouette disparaît alors du paysage grenoblois.

plan saint nizier moucherotte.jpg

.

sources2

http://www.rchauny.fr/histoire-mythique-hotel-ermitage/grenoble/   (Page Internet indisponible)

http://www.skipass.com/blogs/Benett/reportage-saint-nizier-du-moucherott.html

http://vercorstv.wmaker.tv/St-Nizier-precurseur-du-telepherique-1957-hotel-Ermitage_v716.html (Vidéo)

Saint Honoré 1500 – La Chaud

Saint Honoré.jpg

Saint Honoré : une catastrophe économique pour les promoteurs des années 90.

Dans les années 60, la fermeture des mines du plateau matheysin est programmée. Un grand projet de développement d’une station de ski reliée au domaine de l’Alpe du Grand Serre est alors lancé. En 1977, deux immeubles sont construits sur le site de la Chaud, à 1500m d’altitude, offrant un panorama exceptionnel sur le plateau de La Mure.

1 copie.jpg3

La liaison par câbles jusqu’au col de l’Ouillière assurée en 1988 grâce aux subventions du Conseil Général et l’année suivante 2 télésièges et 1 téléski sont mis en service.

Le télésiège 4 place de la Chaud, dont le tracé est en dévers, à surtout un rôle d’ascenseur pour le retour au front de neige. Il desservait une unique piste bleue.

Le télésiège des Tibannes permettait plus la pratique du « ski propre », avec 2 longues pistes rouge et bleues, exposés plein ouest. Cet appareil était équipé d’une gare Alpha Evolutif dans l’optique de le transformer plus tard en télésiège débrayable. Un troisième maillon était nécessaire pour rejoindre le col de l’Oullière : le téléski du Charlet. En 1991, un 4ème téléski est installé prés des immeubles pour faciliter les formations de l’ESF aux skieurs débutants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les promoteurs immobiliers relance leurs projets face au potentiel du site et de son activité : immeubles, chalets et hôtels sont prévus. Mais ces derniers étaient certainement trop ambitieux et la réalité rattrapa la théorie.

Les travaux sont arrêtés net en 1993 : la société immobilière est mise en liquidation judiciaire et le promoteur emprisonné pour détournement de fonds. Les remontées mécaniques continuent de fonctionner mais les frais d’exploitations sont conséquents pour la mairie de Saint Honoré. Une régie d’exploitation est crée pour permettre l’exploitation des installations durant les dernières années de vie de la station, avec l’espoir que l’immobilier puisse se développer sur le site de La Chaud.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En 2003, alors que l’enneigement du domaine fait de plus en plus défaut, la station est mise aux enchères mais ne sera pas reprise. Tout est laissé à l’abandon dès 2004. Dix ans plus tard, 2 immeubles sont réhabilité par la société « Le Fourmi » et des appartements sont vendus à des particuliers.

En 2005, certaines pièces du  télésiège de Tibannes seront revendues à la station de l’Alpe du Grand Serre pour le prolongement du TSF4 Souriou et le reste sera revendu en 2014 à la station de Porté-Puymorens (TSF4 de l’Estagnol). La station de Saint François Longchamp rachète quant à elle le télésiège de « la Chaud » en 2007 (TSF4 des Clochettes).

plan saint honoré.jpg

Lieu-dit

Constructeur Dénivelé Longueur

Exploitation

TSF4 de la Chaud

La Chaud

POMA 100m 525m

1989 > 2004

TSF4 des Tibannes

Pracouiret

POMA Alpha évolutif 532m 1750m

1989 > 2004

TKD1 du Charlet

Col de l’Oullière

POMA 200m 320m

1989 > 2004

TKD1 des Oiseaux

La Chaud

POMA 34m 325m

1991 > 2004

.

sources2

http://alpes.france3.fr/2013/04/26/entre-nous-sur-le-plateau-matheysin-avec-jean-noel-et-la-station-st-honore-241645.html

http://www.skipass.com/forums/enmontagne/ski/sujet-100376.html

http://www.ledauphine.com/economie-et-finance/2013/02/01/saint-honore-1500-du-reve-aux-ruines

http://www.skipass.com/blogs/Benett/reportage-saint-honore-1500-chroniqu.html

http://www.scoop.it/t/montagne-terre-d-innovation/p/4027644049/2014/09/08/demontage-du-telesiege-des-tibannes-la-chaud-st-honore-1500

http://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=8954&st=100

http://pierre.rondel.free.fr/images2/saintHonoreAP/index.htm

http://www.matheysine.com/frame.php?zone=sthonore

http://christophestagnettophotographies.wordpress.com/2011/04/23/la-fin-dun-spot-la-derniere-seance/

Saint Andéol

Saint andéol.jpg

Deux téléskis ont été installés dans les années 70 au village de Saint Andéol.  L’un d’entre eux, le téléski des Prairies (400m de long pour un peu plus de 100m de dénivelé), desservait deux pistes en partie en forêt. Certaines pièces mécaniques (moteur …) ont été réutilisées sur le téléski de la Ferme, situé sur le domaine du Tanet (68). Le téléski des Myrtilles (225m de long – 40m de dénivelé) était plutôt dédié aux débutants. Le domaine a fermé ses portes dans les années 2000

3 copie.jpg

plan saint andéol copie.jpg

.

sources2

http://www.skipass.com/forums/divers/blahblah/sujet-74955.html

http://87.90.77.10/france/alpes/38/saint_andeol/remontees.php?langue=fr (Page indisponible)

La Ruchère

Ruchere.jpg

La pratique du ski alpin sur la commune de Saint Christophe sur Guiers se faisait sur 2 sites distincts. En contrebas du foyer de fond se trouvait le petit téléski de la Ruchère, installé au lieu-dit « le Cleyat » à la fin des années 50.  Il était équipé de pylônes tripodes.

Un autre téléski, plus long, a ensuite été installé au début des années 70 au lieu-dit « La Habert », 1 km plus au sud. Le téléski de la Charmette desservait une  longue piste bleue en forêt. Les deux appareils ont été démontés à la fin des années 90.

8 copie.jpg

plan ruchere3 copie.jpg

.

sources2

http://www.skipass.com/forums/sports/snowboard/sujet-78242.html