Seytroux

Seytroux.jpg

Le centre de vacances « l’Eco des Montagnes » ouvre ses portes en 1964 sur la commune de Seytroux, au lieu-dit les Mudry. Comme les premières stations de ski sont relativement éloignées, les gérants ne manquent pas d’ingéniosité pour permettre à leurs pensionnaires de profiter des joies du ski. Le premier remonte-pente n’est autre qu’un tracteur à l’arrière duquel était attaché de grandes luges. Il sera rapidement remplacé par un fil neige, probablement installé à l’arrière du centre. Les pistes étaient tracées en fonction de l’enneigement, damées par les skieurs eux-mêmes et les cours étaient dispensés par Jean, le gérant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parallèlement, la commune faire l’acquisition d’un téléski qui sera installé au sud du bourg au milieu des années 60. La ligne et l’unique piste desservies ont vraisemblablement été remodelées vers la fin des années 80 – début 90 afin d’améliorer la tenue de la neige. Il n’est reste plus trace aujourd’hui.

1995.JPGPlan

.

##SOURCES2

http://www.echodesmontagnes.com/l-histoire-du-chalet.html

http://www.seytroux.fr/Presentation-137

Publicités

Charmant Som

Charmant Som.jpg

– – – – – Abandon partiel – – – – –

1.jpg

Le Charmant Som

Le télésiège triplaces du Charmant Som a été construit en 1978 par POMA au pied du sommet du même nom. Il dispose d’une gare aval de type Delta assez atypique dans le sens où elle ne dispose pas de vitres. La ligne est particulièrement longue et le temps de trajet frôle le quart d’heure.

Côté piste, il desservait principalement une longue piste rouge (2km) dont la partie centrale a été élargie au milieu des années 90. La liaison depuis le stade de neige du col de Porte était assurée par un chemin forestier à l’aller et en empruntant pour le retour la route D72e qui monte jusqu’aux Chalets du Charmant Som. Ce retour n’était vraiment pas pratique (plat voire montée sur la fin) et certains skieurs préféraient couper à travers les bois plutôt que de déchausser.

 

La station du col de Porte : des hauts et des bas.

De 1958 à 2005, le col de Porte est géré par un exploitant privé, Paul Garin, qui n’est autre que le mairie de la commune de Sarcenas. Mais les remontées mécaniques étaient exploitées sans délégation de service public alors que la « loi montagne » l’impose. La station est donc fermée et les installations sont mises en vente en l’attende d’un repreneur.

En 2009, le domaine skiable est partiellement rouvert après rachat des installations par deux entrepreneurs privés (MBTM et Botta).  Toutefois, le maire de St Pierre s’oppose à la signature d’une DSP pour l’exploitation du téléski de la Prairie et du télésiège de Charmant Som, craignant qu’une partie de la clientèle de St Pierre de Chartreuse soit captée par le domaine du col de Porte. L’exploitant choisi alors concentrer ses efforts sur la remise en état du secteur de Chamechaude qui demeure inexploité.

Trois ans plus tard, une étude de rentabilité est réalisée en vue de rouvrir peut-être un jour le télésiège de Charmant Som. Mais ce dernier a très mal vécu ses années d’abandon. La gare aval a été plusieurs fois vandalisée : les câbles d’alimentation sont sectionnés, les armoires électriques et le poste de contrôle sont saccagés tandis que le moteur est dans un état critique. En plus de cela, plusieurs arbres sont tombés sur la ligne depuis 2008.

La station du col de Porte tombe finalement en désuétude et le matériel devient obsolète. Didier Bic reprend alors l’exploitation des téléskis en 2016 est compte bien s’investir corps et âme pour remettre en état et redynamiser le site. Le sort du télésiège semble quant à lui sellé.

Plan.jpg

Plan CharmantSom.jpg

Lieu-dit

Constructeur

Dénivelé Longueur

Exploitation

RMnet TSF3 du Charmant Som  
Grange Cottave

POMA

502m 1763m

1978 > 2005

.

##SOURCES2

https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tsf3-du-charmant-som-poma-433.html

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=1560

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=9245

http://www.actumontagne.com/people/5-questions-didier-bic-le-nouvel-exploitant-du-col-de-porte_10923

http://www.montagneleaders.fr/reportages/une-providence-pour-le-col-de-porte

http://www.skitour.fr/sorties/charmant-som,14800.html

Richebourg

Richebourg.jpg

EA la fin des années 60, un téléski de 600m de long est installé au hameau de Richebourg afin de rejoindre les chalets de la Plagne sur le versant exposé plein nord. Le tracé de cet appareil est toujours visible de nos jours sur la partie haute.

Vers 1980, alors que le domaine voisin du Crêt Béni est déjà bien équipé et que 2 centres de vacances viennent d’être construits à Richebourg (« Plein Soleil » et « Les Clarines »), un entrepreneur privé – qui est semble t-il aujourd’hui le propriétaire de l’hôtel Le Ferraillon – décide d’agrandir et de gérer ce domaine.

BC

L’ancien téléski est remplacé par un télésiège biplaces de « Richebourg » de manufacture GMM et trois téléskis sont ajoutés sur la partie haute. Deux d’entre eux desservent le plateau de la Plagne et le plus grand, nommé « Plaine Joux », monte jusqu’à une crête à 1436m d’altitude. Un ancien plan des Portes du Soleil laisse également apparaître un petit téléski d’initiation sur le bas du domaine.

Ils desservaient alors pas moins de 8 pistes, vertes, bleues et rouge qui n’ont pas ou très peu été remodelées. Un passage existait entre les domaines de Richebourg et du Crêt Béni mais celui-ci n’était indiqué que très succinctement sur place. L’itinéraire passait à travers les bosquets et arbres.

Durant les dernières années d’exploitation l’ouverture du domaine était très aléatoire. Il est possible que l’absence de reprofilage des piste ne permette pas leur damage ou du moins de conserver une quantité de neige suffisante. Les remontées mécaniques ont été démontées entre 1993 et 1995.

F

Plan Richebourg.jpg

.

##SOURCES2

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=8732
https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=19191&st=80

Aigueblanche

Aigueblanche.jpg

Un petit téléski d’initiation (80m) a été installé dans les années 70 à deux pas du bourg d’Aigueblanche, au carrefour des rues de la Rechaudière et des Moulins. Il fut démonté en 1988 lors de la construction de la RD92 et de voie express qui contourne la ville. Depuis la construction de nouvelles habitation, le site est aujourd’hui méconnaissable.

1983.JPGPlusieurs pylônes visibles au centre de l’image (ING, 1983)

plan.jpg

.

##SOURCES2

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=19191&st=80

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=1352&st=1200

Megève – Véry

Very

Le grand Espace Diamant

En 2005 est né l’Espace Diamant, un grand domaine skiable reliant 5 stations du Val d’Arly et du Beaufortain (les Saisies, Crest-Voland, Notre-Dame-de-Bellecombe, Flumet et Praz sur Arly). Mais le projet initial ne s’arrêtait pas là.

Séparé de seulement 3 kilomètres, les stations des Saisies, de Praz-sur-Arly et de Megève ambitionnent également de relier leur pistes afin de constituer le plus grand domaine skiable d’Europe ! Ce projet fut finalement avorté, notamment suite à un communiqué et une pétition lancée par plusieurs associations qui dénoncent de l’impact environnemental prohibitif d’un tel projet sur « le dernier espace vierge d’équipement de la rive Est de l’Arly ».

11.jpg

Le plateau du Véry : si vierge que ça ?

Vers 1962-1963, le docteur Charles Socquet, médecin à Megève, décide d’installer un téléski au départ du hameau de Grénand et surtout une chaîne de 2 télésièges biplaces (POMA) permettant de rallier le Crêt de Véry depuis les chalets Leutaz. Ce nouveau champ de neige disposait d’un restaurant en bas des pistes : « La Sauvageonne » et d’une buvette située au sommet de Véry.

1

Mais l’opération fut un échec et les installations n’ont a priori servi que 2 ou 3 saisons. Les raisons sont multiples, à commencer par un premier hiver sans neige et un site relativement isolé.

Au vu de la topographie du terrain et de l’absence de terrassements, les pistes desservies par le télésiège de Véry devaient être particulièrement difficiles : les pentes du versant ouest sont en effet très raides, le retour vers la gare intermédiaire ne peut se faire que sur un fort dévers et une grande barre rocheuse ferme le plateau du Véry. De plus, l’accès à ski depuis le sommet de Rochebrune ne devait être réservé qu’aux très bons skieurs et le retour nécessitait de monter sur les crêtes du Pré Rosset.

D’après le plan des pistes, il était aussi possible de descendre jusqu’à Cassioz et Praz-sur-Arly mais j’imagine difficilement le tracé de ces pistes/itinéraires…

Concernant les télésièges, les lignes sont longues (1600 et 980m) et très exposées au vent. Du coup, « comme nous avons 20 minutes pour monter, nous allons en profiter pour … » vous fournir des couvertures. 

Ils ont vraisemblablement été démontés en 1984 par l’entreprise Pugnat et l’un d’eux fut réimplanté au Liban dans la station des Cèdres. Il ne reste aujourd’hui que quelques fondations de gares et de pylônes.

Silence … ça tourne !

Lors du tournage du film « Tendre Voyou » (1966), la commune de Megève ne dispose pas de télésiège. C’est donc sur le télésiège de Leutaz que Jean Becker décida de tourné une scène rassemblant Jean Paul Belmondo, Mylène de Mongeot, Geneviève Page et Philippe Noiret :

6

.

 

carte Véry2

.

##SOURCES2

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=22437

https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_017226

http://www.aventures-alpines.com/Equipements__Mont_Joly-Col_de_Very.html

http://www.allocine.fr/film/fichefilm-30629/photos/detail/?cmediafile=20133544

vimeo.com/256227870

i.pinimg.com/originals/3e/16/16/3e16162e028be137b9221c028f93014d.jpg

https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tsf4-des-grands-champs-leitner-783.html

 

Le Larmont

Larmont.jpg

– – – – – Abandon partiel – – – – –

  Un site qui a du vécu !

L’histoire du ski à Pontarlier débute bien avant l’installation des premiers remonte-pentes. Dès les années 1910, les premiers concours de ski ont lieu et plusieurs tremplins de saut à ski voient le jour. En 1936, le pontissalien Maurice Lagier imagine et installe les premiers fils-neige du Larmont, suivi vers 1942 d’un télétraîneau qui permettait de rallier l’actuelle stèle de l’Arcan depuis le Pré de l’Hôpital. L’inventeur sera ensuite sollicité par les communes voisines des Hôpitaux-Neufs puis de Métabief qui lui donne carte blanche …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les premiers téléskis arriveront ensuite dans les années 60. La commune de Pontarlier finance d’abord un téléski au « Fer à Cheval » (derrière l’usine Cofreco) bénéficiant d’une piste éclairée, mais qui ne sera exploité qu’une quinzaine d’années tout au plus.

C’est ensuite un investisseur, Serge Faivre, qui développe le ski sur le Larmont avec l’installation de 2 téléskis à l’Arcan (le Baby des Jantets en 1969 et le Schuss en 1970) et de 2 autres de part et d’autre du chalet du Gounefay. Il était alors possible de descendre une piste assez engagée, dit de « la Corniche », qui descendait du Gounefay jusqu’à la ferme de la Motte. A cette époque, les chalet-restaurants présents sur les deux sites font le plein et l’on fait même la queue avant l’entrer !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais en 1979, la fréquentation reste assez fluctuante et l’activité est loin d’être rentable. Serge Faivre décide alors d’arrêter l’exploitation et les communes de Pontarlier et de La-Cluse-et-Mijoux s’unissent pour prendre le relais malgré un déficit annuel de 30 à 40 000 francs.

Les années 80 marquent l’apogée de « Super Pontarlier » qui compte alors 5 téléskis avec l’installation du téléski Baby Arcan. Mais toutes les installations ne survivront pas : le téléski Baby des Jantets est trop isolé et la face nord du Gounefay est trop raide et caillouteuse ce qui conduira au déplacement du téléski sur la face sud (actuel téléski de la Glacière).

Réorganisation du domaine skiable du Larmont

La communauté de commune du Grand Pontarlier qui gère aujourd’hui le domaine a annoncé fin 2017 la fermeture du site de l’Arcan. Le téléski Baby de l’Arcan était idéal pour l’apprentissage du ski avec sa petite piste verte tandis que les skieurs confirmés pouvaient descendre une piste rouge desservie par le téléski du Schuss. Mais le manque de neige à 1000 mètres d’altitude est sans appel : le site n’avait pu ouvrir que 4 jours en 2007, 9 jours en 2016 et 11 jours en 2017 et la piste du Schuss attirait à pleine une dizaine de skieurs par jour !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les élus ont donc décidé de concentrer les activités et les investissements sur le site du Gounefay  afin notamment de valoriser le nouveau bâtiment d’accueil et d’en faire à terme une station « 4 saisons ».

Deux nouvelles pistes vertes, une piste de luge et un snowpark y ont été créés en 2017 autour du dernier téléski restant, celui de la Glacière, et de nouvelles installations sont prévues à terme (déplacement les 2 téléskis de l’Arcan, fat bike, bains nordiques, billetterie, location de matériel, structure de saut …).

 

Les installations abandonnées identifiées : 

Lieu-dit Constructeur Dénivelé Longueur Dates d’exploitation
Téléluge du Pré de l’Hôpital*
Centre équestre        M. LAGIER ~ 130m ~ 500m 1942 > ?
Téléski du Fer à Cheval*
Moulin Maugain ? ~ 80m ~ 330m 1963 > 75’s
TKD1 Baby Jantets
Les Jantets ? ~ 30m ~ 140m 1969 > ?
TKD1 Baby Arcan
L’Arcan MONTAZ M. 25m 255m 1981 > 2017
TKD1 du Schuss
L’Arcan MONTAZ M. 96m 374m 1970 > 2017
TKD1 du Gounefay*
Grange Ferry ? ~ 240m ? ~ 920m ? 70’s > 1981
TKF1 de la Glacière*
Chalet du Gounefay ? ~ 78m ~ 500m Années 70

carte3.jpg

* noms officiels inconnus

Pistes de l’Arcan en vidéo : 

.

##SOURCES2

http://www.estrepublicain.fr/edition-haut-doubs/2017/10/16/l-arcan-ne-tend-plus-la-perche

http://www.grandpontarlier.fr/tourisme/le-gounefay-en-toutes-saisons/le-complexe.html

http://www.franche-comte.org/offre/fiche/ski-alpin/316000662

http://www.presse-pontissalienne.fr/sites/default/files/flip/LPP216/8/

http://www.skiclubfrasnedrugeon.fr/index.php/le-club/historique

http://www.presse-pontissalienne.fr/sites/default/files/flip/LPP90/files/assets/downloads/LPP90.pdf

http://www.presse-pontissalienne.fr/sites/default/files/flip/LPP115/files/assets/downloads/LPP115.pdf

http://www.youtube.com/watch?v=0t1oIak53uc

Rochejean – Meix Loisirs

Rochejean.jpg

Située tout près de la station de Métabief, la base de loisirs « Meix Loisirs » disposait de 3 vieux téléskis qu’elle exploita jusqu’en 2017. Ce petit domaine de basse altitude comportait 1 piste de snowtubing et 4 pistes de ski alpin de tous niveaux (vertes, bleu et rouge) dont l’une était éclairée afin de permettre la pratique du ski nocturne (sur réservation). Malgré un changement de propriétaire en 2015, l’activité n’était vraisemblablement pas assez rentable ce qui a conduit à la fermeture du domaine skiable.

carte2.jpg

Lieu-dit Constructeur Dénivelé Longueur Dates d’exploitation
TKF1 Baby Meix
Les Meix                      MONTAZ M. 18m 138m 1971 > 2017
TKD1 des Meix
Les Meix                      MONTAZ M. 91m 489m 1966 > 2017
TKD1 des Grands Près
Grands Près MONTAGNER 142m 715m 1968 > 2017

.

##SOURCES2

https://fr.wikipedia.org/wiki/Meix_Loisirs

https://www.montagnes-du-jura.fr/stations-ski/station-metabief-les-fourgs-malbuisson-pays-du-haut-doubs/

http://www.estrepublicain.fr/edition-haut-doubs/2015/04/26/toujours-plus-fun

https://web.archive.org/web/20160303173921/http://www.meix-loisirs.fr/

https://web.archive.org/web/20160308181638/http://www.meix-loisirs.fr/page10.html