Chamonix – des « Pélerins » aux « Glaciers »

Pélerins

TELEFERIQUE de l’AIGUILLE DU MIDI – MONT BLANC

A la conquête de l’ouest … de l’Aiguille du Midi.

1904 : les ingénieurs Wilhelm Feldmann (allemand) et Emil Strub (Suisse) esquissent un projet de transport mécanique visant à relier l’Aiguille du Midi depuis la vallée de Chamonix et projettent même la création d’une station de sports d’hiver ouverte toute l’année sur les glaciers (téléluge avec hotel- restaurant à 3600 m d’altitude). Le tracé se compose alors de 2 funiculaires suivis de 3 sections « d’ascenseurs de montagne ».

1908-1909 : suite à la mort de Feldmann et face à des contraintes techniques (propriétés privés), le projet est modifié. Un système de « chemin de fer suspendu » est imaginé au départ du hameau des Pèlerins afin de remplacer les funiculaires. La première pierre de la gare des Pèlerins sera posée symboliquement au mois de novembre 1909 alors que les plans des bâtiments ne sont pas encore aboutis. Malgré la mort de Strub le mois suivant, le projet sera poursuivi par d’autres ingénieurs de la société Ceretti & Tanfani.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1912 : rattrapé par la réalité du terrain, le projet de liaison sommitale est abandonné au projet d’une troisième section en direction du Col du Midi. Le chantier des 2 premiers « funiculaires aériens » prend du retard, notamment en raison de malfaçon constatées sur la maçonnerie des pylônes. A cela va s’ajouter la déclaration de l’Allemagne à la France en août 1914 qui va stopper net le chantier.

1921 : Le maire de Chamonix-Mont-Blanc à déposé officiellement sa candidature pour l’accueil des premiers Jeux Olympiques d’hiver, prévus en 1924. Le chantier reprend donc rapidement et inclus la création d’une piste de bobsleigh en pierre de granit taillé (1465 m de long ; 156 m de dénivelé). Celle-ci partira au niveau du pylône ancrage-tension situé sur le premier tronçon, où une plate-forme de débarquement sera aménagée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1923-1924 : le 28 décembre 1923, le premier tronçon reçoit se premiers passagers alors que seul un véhicule a été terminé à temps pour le JO. Il ne sera définitivement abouti que durant l’été 1924.

 1927 : inauguration en grandes pompes du deuxième tronçon. En plus de la desserte estival de sentiers de randonnée, la Compagnie Française des chemins de Fer de Montagne (CF souhaite également exploiter l’installation l’hiver. Les bobeurs seront rejoints par les premiers skieurs qui dévalent la pente raide reliant la gare des Glaciers (2414 m) à celle de la Para (1665 m).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1935-1936 : souhaitant rattraper son retard sur les activités de glisses, la municipalité élargi le chemin d’accès à la piste de bobsleigh pour ouvrir la piste de ski facile « Jacques Balmat ». Les cabines de l’installation sont par ailleurs équipées de portes-skis et la piste des « Glaciers » reçoit un vrai balisage. Cette dernière accueilli en février 1936 l’épreuve de slalom des Championnats de France, remportée par d’Émile Allais, puis la mythique épreuve de descente du Kandahar en 1948. Ces deux pistes seront reliées durant l’été 1936 par création d’une trouvée de 50 à 100 m de large dans la forêt longeant le torrent de la Creuse pour offrir une descente de 1400 m de dénivelé !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parallèlement, le projet visant à relier le Col du Midi est modifié afin de bénéficier des nouvelles technologies : un téléphérique comportant un seul pylône est projeté en 1936. Si la première partie de la ligne de service est rapidement mise en service, si l’on peut dire … (2 ans), la construction du tout dernier tronçon s’avère très difficile et nécessiterait de transporter 1200 kg de matériel à dos d’homme via la vallée Blanche depuis la gare terminale du train de Montenvers. Finalement, pour la première fois au monde, il sera fait appel à un avion pour acheminé le matériel jusqu’à la gare sommitale.

1940 : la ligne de service sera entièrement fonctionnelle au mois de septembre 1940 mais ne résistera pas à l’hiver suivant. Un nouveau câble dont donc être tiré.

1942 : pour entamer la construction de l’appareil définitif, la Compagnie Française des Funiculaires de Montagne recrute notamment des français de confession juive qui trouvent sur ce chantier hors norme une certaine protection face au régime de Vichy.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1945 : une fois la Seconde Guerre Mondiale terminée, la Compagnie garde espoir de pouvoir ouvrir l’appareil pour 1937. Mais au-delà des aspects techniques de la construction du 3ème tronçon, se pose alors la question du devenir des 2 premiers qui commencent à devenir obsolète (débit dérisoire de 72 personnes/heures…). La construction de 2 nouveaux téléphériques est donc étudiée : un premier montant au Plan des Aiguilles depuis le centre-ville de Chamonix, puis un téléphérique horizontal reliant la gare des Glaciers.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1947 : un état des lieux est réalisé par Marcel Auvert, le nouveau directeur de la Compagnie, et le constat est accablant. Face à tant de contraintes techniques (risque de déraillement, ancrage de pylône problématique en raison du gel…), la pérennité de l’installation commerciale ne serait pas assurée et les travaux s’orientent plutôt vers la construction de l’actuel téléphérique de l’Aiguille du Midi. Le chantier du téléférique du Col du Midi est définitivement abandonné en 1948.

1950 : la piste de bobsleigh, réputée très technique et dangereuse est définitivement fermée suite à deux accidents survenue lors des Championnats de France en 1950 qui ont faisant 4 morts et 2 blessés.

1951 : le préfet de Haute Savoie interdit l’exploitation publique des deux premiers tronçons faute de rénovation. Ils seront utilisés ponctuellement jusqu’en 1958 pour l’entretien de lignes à haute tension puis laissé à l’abandon jusqu’à aujourd’hui.

Lieu-dit Constructeur Dénivelé Longueur Dates d’exploitation
1er tronçon « Les Pélerins – La Para »
Les Pélerins Dyle&Bacalan Ceretti & Tanfani 631m 2030m 1924 à 1951
2ème tronçon « La Para – Les Glaciers »
La Para Dyle&Bacalan Ceretti & Tanfani 709m 1350m 1927 à 1951
3ème tronçon « Les Glaciers – Col du Midi »
Les Glaciers Les Chantiers de la Loire 1200m 2040m inachevé

Article très complet sur ces installations : ici.


TELESKIS des PELERINS et de la CUBELETTE :

Le téléski des Pélerins, construit en 1971 par la société Montaz Mautino (modèle D40), marque la renaissance de ce secteur 20 ans après la fermeture du téléférique historique. Il desservait 2 pistes de ski facile d’environ 600 m de long, dont l’une reprenait la fin de la piste Jacques Balmat précédemment cité. Son tracé était relativement limité du fait que la route menant au tunnel du Mont Blanc, créée en 1965 entrecoupe l’ancienne piste de bobsleigh et le haut de la piste Jacques Balmat.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En 1977, il est secondé par un autre téléski plus court fourni par le même constructeur (modèle D8). Ce champ de neige était idéal pour les enfants et les débutants qui bénéficiaient d’un décor grandiose. Un chalet buvette était par ailleurs installé à proximité de la gare de départ.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les appareils furent exploités jusqu’en 2002 mais ils n’étaient ouvert que très aléatoirement depuis 1999, faute de neige. En 2003, un investisseur prévoit de racheter le téléski pour créer un « luge parc » (luge sur monorail, airboard, tumbling…) mais ce projet ne verra finalement jamais le jour. Les 2 téléskis rouilleront sur place jusqu’en décembre 2012, date de leur démontage.

Lieu-dit Constructeur Dénivelé Longueur Dates d’exploitation
TKD1 des Pélerins
Chalets J. Balmat MONTAZ 83m 555m 1981 à 2002
TKF1 de Cubelette
Les Pélerins MONTAZ 15m 150m 1978 à 2002

plan pélerins copie.jpg

.

##SOURCES2

https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tph-v-18-de-l-aiguille-du-midi-les-glaciers-ceretti-tanfani-dyle-bacalan-3869.html

https://www.facebook.com/teleskidespelerins/https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=19815

https://www.aiguilledumidi.net/bobsleigh.html

Dieppe

Dieppe.jpg

Charles Dubost, PDG du Casino de Dieppe souhaite offrir à ses clients une nouvelle activité : du ski face à la mer ! 

Séduit par une invention signée Jacques Sée qu’il avait pu voir à Turin, il élabore avec son frère, en novembre 1966, un projet qui ne manque pas d’ambition. Une piste de ski artificielle, une piste de luge ainsi qu’un télécorde seront installés quelques mois plus tard sur la falaise de la Côte aux Hérons, en face de l’hôtel du Golf. Et pour faire bonne mesure, avec ses 175 m de long et ses 30 à 80 m de large, cette piste deviendra la plus grande du monde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De nombreuses personnalités étaient conviés lors de son inauguration, le 18 avril 1967, parmi lesquels le ministre des sports (François Missoffe), le président de la fédération française de ski (Maurice Martel) et l’entraîneur national (Honoré Bonnet). Les grands skieurs de l’époque se sont également essayés sur une descente malgré un fort vent : Jean-Claude Killy « l’extraordinaire c’est l’approche de la mer », Guy Périllat « c’est un excellent délassement », Georges Mauduit ou encore Jules Melquiond.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les alvéoles en polystyrène reliées par des peignes garantissaient de belles brûlures en cas de chute c’est pourquoi l’installation a rapidement été abandonnée. Aujourd’hui les promeneurs peuvent encore ramasser les lambeaux de la piste qui tombent à la mer.

carte copie.jpg

.

##SOURCES2

http://www.quiquengrogne-dieppe.com/2011/01/la-piste-artificielle-de-ski-1967.html

Villard de Lans – les Montauds

Villard les Montauds.jpg

Un téléski à été exploité jusqu’à la fin des année 80 à proximité de l’une des portes d’entrée au domaine nordique de Villard de Lans « Bois Barbu », juste en dessous de l’auberge des Montauds. Sa date de construction n’est pas connue mais il était déjà visible sur une vue aérienne datant de 1970.

2 copieEmplacement du téléski (Google Maps, 2010).

carte copie.jpg

.

##SOURCES2

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=19191&st=60

https://www.google.fr/maps/@45.0634299,5.5280227,3a,75y,80.74h,89.18t/data=!3m6!1e1!3m4!1sAIK6ZZyS82wrql2IXTRYzw!2e0!7i13312!8i6656!6m1!1e1

Plouisy

Plouisy.jpg

Dans une vidéo-reportage postée sur Youtube en décembre 2016 (ici), des membres de l’association des skieurs bretons présentaient leur projet de création d’une station de ski sur les Monts d’Arrée. Il s’agissait bien sûr d’un canular mais cela n’aurait pas été la première station bretonne !

En 1987, un Costarmoricain a en effet investi dans une piste de ski en matériaux synthétiques et des remontées mécaniques qu’il implanta à Plouisy, à côté de Guingamp. Mais lors des chutes, bleues et plaies étaient au rendez-vous du fait de la présence de picots en plastique sur la piste. De plus, le cadre idyllique et le grand air de la montagne n’étaient pas vraiment au rendez-vous : la piste était coincée entre une voie de chemin de fer, une ligne électrique et une grosse station d’épuration.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’affaire n’aura donc pas fait long feu et les installations seront laissées à l’abandon jusqu’en mars 2012. Il n’en reste plus rien aujourd’hui.

carte copie.jpg

.

##SOURCES2.jpg

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plouisy/station-de-ski-en-bretagne-elle-a-bien-existe-pres-de-guingamp-03-01-2017-11351269.php

http://www.facebook.com/Guingamp.gwengamp/posts/281035645307958

https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=19191&st=80

Doucy en Bauges

Doucy.jpg

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En 1984, six communes du Massif des Bauges (le Châtelard, Doucy-en-Bauges, Ecole, Jarsy, Sainte Reine et La Compôte) s’associent pour financer un petit téléski de 150m de long qui sera installé au pied du flambant neuf centre de vacances de l’Eterlou. Toutefois, victime du réchauffement climatique et de la désaffection du centre, il ne fonctionnera que quelques années puis rouillera sur place jusqu’en 2016.

L’opération de démontage a été gérée par l’association Mountain Wilderness . La première phase s’est déroulée le 7 avril 2016 sous la forme d’un chantier pédagogique (formation d’un futur technicien en remontées mécaniques par l’AFPA+ récupération de pièces détachées). Un ferrailleur de Cruet s’est ensuite chargé du démontage des 5 tonnes de pylônes, roues et poulies … 9 tonnes de ferrailles à revendre.

carte.JPG

.

sources2

http://www.ledauphine.com/savoie/2016/04/15/c-etait-un-petit-teleski-qui-ne-voyait-plus-la-neige

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/savoie/demantelement-du-teleski-de-doucy-en-bauges-en-savoie-971094.html

https://www.mountainwilderness.fr/se-tenir-informe/actualites/un-teleski-en-moins-a-doucy-les-moeurs.html

https://www.lacompote.info/accueil/comptes-rendus-conseil-municipal/186-compte-rendu-reunion-reunion-du-conseil-municipal-du-05-juin-2015-a-20-h-30.html

http://www.youtube.com/watch?v=OE22VkVY5NE

Dernières mises à jour

MARS 2017

– Réactualisation de tous les articles (ajout des bandeaux bleue et orange …).

– Ajout de 31 sites supplémentaires dans la liste des stations et sur la carte interactive (sans articles pour le moment).

– Ajout de la mini-carte interactive sur le site.

– Nouveaux articles :   Triby     Doucy en Bauges     Plouisy     Villard de Lans – les Montauds     Dieppe     Crots

               

AVRIL 2017

– Nouvel article :   Chamonix – des « Pélerins » aux « Glaciers »