Damprichard

Damprichard.jpg

Ouvrons les journaux locaux :


compil fil neige.jpg

« L’apparition de la neige, samedi [9 janvier 1960, ndlr], a permis au ski-club de Damprichard, dans le Doubs, d’inaugurer son nouveau remonte-pente, qui donne ainsi à la localité sa place parmi les stations hivernales équipées. Le remonte-pente domine la localité. La première montée a été effectuée par Albert Guillaume, un skieur chevronnée de la société. »

 Article intitulé « Le remonte-pente fonctionne à Damprichard »journal inconnu, 12 janvier 1960.

lepays copie.jpg

« Le ski-club de Damprichard envisage la dépose et la vente du téléski du Côtard, à l’arrêt depuis cinq ans [1990 ndlr].

Le téléski du Côtard a été installé dans les années 60. « Cet équipement avait remplacé le fil-neige qui partait depuis derrière l’usine Petermann et montait dans le bois du Côtard où une tranchée avait été ouverte à l’orée du Côtard », se souvient Fernand Groslambert, l’un des pionniers du ski-club, qui précise « qu’à l’époque, il n’y avait pas de skieurs de fond ».

Le financement du téléski qui s’élevait alors à six millions d’anciens francs avait été couvert par les membres du ski, en quelque sorte actionnaires ainsi que par la contribution de mécènes horlogers du village. « Il y avait un standing en ce temps-là au ski-club » rappelle Raymond Tatu, actuel président qui observe que Georges Burdet et Louis Munnier, deux patrons de fabriques de boites à montres, ont dirigé le ski dans les années 50-60.L’organisation des premières fêtes de la bière et des bals à la choucroute par le ski-club de Damprichard ont aussi participé alors au paiement du téléski.Cette installation était surtout utilise par les skieurs locaux. Mais il était conseillé d’être un pratiquant chevronné à cause de la difficulté d’une piste rouge [400 m de long pour 70m de dénivelé, ndlr].

La déclivité exceptionnelle, que Raymond Tatu dit n’avoir jamais rencontré ailleurs, y compris dans les Alpes, rendait déjà presque périlleux l’emploi du tire-fesse. « Les pieds des gamins ne touchaient pas terre et il fallait parfois arrêter le téléski si l’un d’eux lâchait la canne en cours de montée ». Cette piste n’était pas plus facile à damer. Le ski-club à eu recours pour cela à un rouleau et à un scooter des neiges mais face à cette rampe, seuls des skieurs placés perpendiculairement à la pente pouvaient tenir l’équilibre et ainsi damer la piste en groupe compact. Ces handicaps naturels n’ont en fait pas pénalisé la fréquentation du téléski, qui en revanche a été victime du manque de neige. Il  ne ronronne donc plus depuis cinq ans. Sa réouverture parait aujourd’hui très hypothétique et illusoire autant pour des questions de sécurité que pour des considérations administratives.

« Nous sommes à peu prés certains que la commission de sécurité ne renouvellerait pas son autorisation », redoute Raymond Tatu. D’autant plus que l’usine Petermann s’est sensiblement approchée de la piste depuis son extension. « Les protections sont insuffisantes », reconnait Fernand Groslambert. Dans ces conditions, il ne semble pas y avoir d’autre alternative que de démanteler ce téléski. « Nous nous sommes rendus à cette évidence, mais par délicatesse vis-à-vis des gens qui ont participé à son installation, nous souhaitons qu’ils donnent leur avis », souligne Raymond Tatu. Si personne ne s’oppose au démontage du téléski, le ski-club envisagerait sa revente. « Il parait que le ski-club de Maiche projetait de s’équiper d’un second téléski pour desservir la piste de la Chevatée », remarque F. Groslambert.

Il parait exclu en tout cas de le déposer pour le transférer sur un autre site à Damprichard. Par contre, le ski-club évoque l’intérêt qu’il y aurait à installer un fil-neige au lieu-dit Les Seignes sur le versant nord de la Montée. André Triboulet, le maire, se déclare prêt à étudier avec bienveillance une telle éventualité. Ce fil-neige augmenterait la capacité d’attraction du site de la Montée, où le ski-club dispose déjà d’une piste de fond éclairée et d’un chalet sachant en outre que de cet endroit une piste de ski nordique par en direction de Fournet-Blancheroche. »

Article intitulé « Téléski à vendre », journal « Le Pays », 10 janvier 1995.

En complément :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais le ski à Damprichard se pratiquait aussi bien avant les années 60. C’est en 1936 que la première piste de descente fut créée entre la Montée et la maison Mettey (ou maison du « Doré »). Elle fut desservie par un fil-neige rudimentaire fourni une usine de Pontarlier dont le fonctionnement reprenait celui des fils que les mineures utilisaient pour descende au fond des mines de charbon. Le ski-club de Damprichard, inauguré le 28 octobre 1959, permettra ensuite la construction du chalet « sous le Sas », faisant office de bar… Après le démontage du téléski du Côtard en 1995, ce chalet fut démoli et c’est à la Montée qu’un nouveau chalet à été construit. Le projet de nouveau fil-neige au lieu-dit des Seignes ne sera quant à lui jamais réalisé.

plan copie.jpg

.

##SOURCES2

http://ski.damprichard.free.fr/?page_id=27

http://www.mairie-damprichard.fr/image/80.pdf

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s